Cercle spirite Allan Kardec de paris
Cercle Spirite Allan Kardec de PARIS

- magnétisme et phytothérapie -

| Accueil |
| Spiritisme |
| Magnétisme |
| Livres |
| Art |
| Médiumnités |
| Conférences |
| L'association |
| Liens |
| Contact |
| Forum |

> | Histoire du magnétisme | Les précurseurs | Le périsprit | La phytothérapie | La cellule de soins |

 

Définition et rapide histoire du magnétisme

 Le Journal Spirite- Collection Cercle Spirite Allan Kardec

 

Magnétite

Le mot " magnétisme " a pour origine le nom grec du lieu où fut trouvé la pierre d'aimant, à savoir Magnes. En se latinisant, celui-ci s'est transformé en Magnésien, tout en conservant son sens. Lorsque les esprits évoquent le magnétisme, ce n'est cependant pas à la pierre d'aimant qu'ils font référence, mais bien d'avantage à cette énergie particulière, propre à certains humains. La finalité de cette énergie est avant tout médicale ; en effet, elle doit être distribuée à toute fin de voir la maladie s'effacer des chairs.

Dans sa généralité, il faut remarquer que le magnétisme appartient aussi bien au règne animal qu'à l'histoire de l'homme. Autrement dit, de tous temps, sous toutes les latitudes, sous tous les parallèles, des hommes et des femmes ont su cerner et distribuer cette énergie supplémentaire qui était en eux, au bénéfice de ceux qui souffrent.

Les mages de Chaldée, les Brahmes de l'Inde guérissaient déjà par le regard au moyen duquel ils procuraient le sommeil.

Pyramide

Nous savons aussi que les égyptiens qui ont puisé leur religion et leurs mystères à la grande source de l'Inde- employaient pour soulager les souffrances, nombre de passes que nous pratiquons encore de nos jours. La place du magnétisme était d'ailleurs si importante dans cette haute antiquité égyptienne, que la forme même des pyramides a été pensée dans le but de le restituer : en leur sein, des salles servaient aussi bien à conserver la nourriture qu'à recevoir les malades. Précisons que le magnétisme apparaissait jusque dans l'acte de momification puisque, en effet, les bandelettes entourant les corps à embaumer, étaient préalablement magnétisées par les prêtres.

Hérodote cite en différents endroits de son œuvre, le nom des sanctuaires où se rendaient les pèlerins désireux de se guérir au moyen des remèdes que les hiérophantes découvraient en songe.

Diodore de Sicile dit positivement que les malades arrivaient en foule dans le temple d'Isis pour y être endormis par les prêtres. La plupart des patients tombaient alors en crise et indiquaient eux-mêmes le traitement qui devait les ramener à la santé.

Le temple de Sérapis d'Alexandrie était renommé pour rendre le sommeil à ceux qui en étaient privés.

Strabon rapporte qu'à Memphis, les prêtres s'endormaient et dans cet état, donnaient des consultations médicales.

Arnobe, Celse, et Jamblique enseignaient dans leurs écrits que chez les égyptiens, il existait de tous temps des personnes douées de la faculté de guérir au moyen d'attouchements et d'insufflations, et qu'elles réussissaient souvent à faire disparaître certaines affections réputées incurables. Certains papyrus parvenus jusqu'à nous, tout comme les nombreux bas-reliefs où se trouvent représentés certains rites particuliers, l'attestent également.

Les grecs par la suite surent emprunter un grand nombre de connaissances au peuple du Nil et ne tardèrent pas à égaler sinon à surpasser leurs maîtres. D'ailleurs les hiérophantes qui desservaient l'autel de Trophonius, s'étaient acquis une grande célébrité dans ces matières. Hérodote rapporte encore qu'à cette époque, des prêtres jaloux d'une magicienne qui opérait des guérisons au moyen de frictions magnétiques, la firent périr.

Apollonius de Thiane, l'illustre thaumaturge, n'ignorait pas lui non plus ces pratiques : il guérissait l'épilepsie au moyen d'objets magnétisés, prédisait l'avenir et annonçait les événements qui se passaient au loin. A son sujet, nous conservons cette anecdote : dans sa vieillesse, un jour qu'il enseignait sur la place publique d'Ephèse, ses disciples le virent s'arrêter tout à coup et s'écrier d'une voix vibrante " Courage, frappe le tyran ! ". Il s'interrompit encore quelques instants, dans l'attitude d'un homme qui attend avec anxiété, et reprit : " Soyez sans crainte éphésiens ! Le tyran n'est plus ; il vient d'être assassiné ".Quelques jours après, on apprit qu'au moment même où Apollonius parlait ainsi, Domitien tombait sous le poignard d'un affranchi.

Les romains eurent aussi des temples où l'on recouvrait la santé par des opérations magnétiques. Celse rapporte qu'Asclépiade de Pruse endormait par passes magnétiques les personnes atteintes de frénésie. Gallien, un des pères de la médecine moderne, supprimait certaines maladies de la même manière, ce qui le fit passer pour sorcier et l'obligea à quitter Rome. Ce célèbre savant avouait qu'il devait une grande partie de son expérience aux lumières qui lui étaient venues en songe.

Hippocrate lui aussi disait que la meilleure médecine était celle qu'on lui indiquait pendant le sommeil.

Rappelons aussi Simon dit le magicien, qui, en soufflant sur les épileptiques, détruisait le mal dont ils étaient atteints.

Druide-

En Gaule aussi, bien entendu, les druides possédaient au très haut degré la connaissance et la faculté de guérir par le magnétisme, comme l'atteste un grand nombre d'historiens. Leur médecine était au demeurant si célèbre, qu'on venait les consulter de toutes les parties du monde. Il est d'ailleurs facile de s'assurer combien leur renommée était universelle, puisqu'il nous suffit de consulter Celse, Pline ou Tacite.

Durant le moyen-age, le clergé ignorant et superstitieux, n'a voulu voir dans ces pratiques que l'intervention du Malin ; de sorte que cette science resta l'apanage de quelques hommes instruits.

Avicenne, fameux docteur qui vécut de 980 à 1036, écrivait que l'âme agit non seulement sur son corps mais aussi sur les corps étrangers qu'elle peut influencer à distance.

Ficin, en 1460, Cornélius Agrippa et Pomponace en 1500, et surtout Paracelse, posèrent les bases du magnétisme moderne tel qu'il devait être enseigné par Mesmer bien des années plus tard.

Arnaud de Villeneuve puisa chez les auteurs Arabes la connaissance des effets magnétiques, et ses succès devinrent bientôt tels qu'il s'attira la haine de ses confrères et fut condamné par la très catholique Sorbonne. Dès 1608, Glocénius, professeur de médecine à Marbourg, fit paraître un ouvrage traitant de cures magnétiques. Il essaya de donner une explication rationnelle de ces phénomènes.

Bien d'autres noms pourraient encore être cités, comme Borel et Vallée qui en France, au commencement du 17ème siècle, employèrent le magnétisme par insufflations pour combattre les maladies nerveuses rebelles à tout autre traitement ; bien d'autres noms pourraient être cités effectivement, mais cela est déjà suffisant pour montrer que le magnétisme est plusieurs fois millénaires dans son histoire.

Il faudra pourtant attendre le 18 et 19ème siècle de notre ère pour qu'il connaisse son véritable essor. C'est là en effet qu'il commence à être l'objet de recherches très précises par ce qu'il est convenu d'appeler aujourd'hui, les pionniers du magnétisme. Ils s'appelaient Mesmer, Puységur, Deleuze, Jules Denis (Baron du Potet), Lafontaine, de Rochas et bien sûr, Hector et Henri Durville...

Ils sont tous de ces hommes qui ont su élever le magnétisme au rang de science à part entière. Ils ont su en observer les effets, les lier à des lois naturelles et les vulgariser. Par l'expérience, ils ont démontré que si le magnétisme pouvait soulager, guérir ou bien même momifier les aliments, il permettait également chez certains sujets sensibles, qu'on appelait alors somnambules, de provoquer des phénomènes étonnants. C'est ainsi qu'ils ont pu vérifier que lorsque certaines personnes étaient magnétisées, celles-ci tombaient dans un état pouvant s'apparenter au sommeil, mais qui laissait à ces mêmes personnes l'étrange faculté de pouvoir lire un livre sans le secours des yeux ou d'être insensible à la douleur etc. C'est aussi d'après leurs expériences que pour la première fois, des sujets clairvoyants allaient affirmer apercevoir l'image double du somnambule à côté de son corps (le mot " périsprit " n'existait pas encore).

Nous voyons donc là les prémices du spiritisme, en tout cas, des expériences qui de façon flagrante annonçaient bien avant l'heure, l'existence du double périsprital.

Avant de poursuivre et de résumer en quelques mots la vie des plus importants pionniers du magnétisme, précisons que si celui-ci garde une importance non négligeable dans sa participation à prouver la survivance de l'âme, son but premier reste avant tout, ne l'oublions pas, à caractère médical.

Bien d'autres noms pourraient encore être cités, comme ceux des frères Durville ou du colonel de Rochas, tant il est vrai que leurs oeuvres restent encore essentielles aujourd'hui.

| Haut de page |

Les précurseurs du magnétisme

 

Le siècle des lumières n'appartient pas seulement aux artistes, poètes, écrivains ou même aux révolutionnaires Le XVIIIeme siècle compte de nombreux chercheurs, observateurs, a l'origine de nouvelles théories.

MESSMER-Cercle Spirite Allan Kardec

Dans le domaine du magnétisme, le premier expérimentateur fut Messmer.

François Antoine Messmer, est né le 23 mai 1734 a Iznag, un petit village situe au bord du lac de constance. Il est le fils d'un garde chasse au service du prince archevêque de Constance, Dès l'âge de l2 ans, il est invité à l'évêché.

Plus tard, alors qu'il se trouve dans une abbaye, l'eau vient à manquer. Après de vaines recherches, on se décide à convoquer un grand sourcier (Walter Matteau). Le résultat est une réussite. Par la meme occasion, il initie Messmer et se rend rapidement compte des capacités de celui-ci. Il lui dit : " Tu as le pouvoir du magnétisant, C'est toi qui commande à la baguette. Seul ceux qui ont un fluide peuvent le faire ".

Les événements de la journée viennent rapidement aux oreilles de l'archevêque. La décision tombe rapidement :

Messmer est envoyé chez les Jésuites à l'âge de 14 ans, il en sortira à 20 ans. Son séjour chez ceux-ci est très pénible. Il ne reçoit aucune visite et doit en plus subir des brimades physiques et morales.

Malgré cela, il apprend les mathématiques, la physique, et la philosophie. Il sort du, séminaire avec un diplôme équivalent au titre de docteur. Cette réussite ne suffit pas a l'archevêque qui l'envoie à l'université ou il obtient un diplôme en droit. Messmer préfère la médecine et en parallèle, continue de l'étudier. Il écrit, également une thèse sur l'influence des planètes. Il expose son travail devant ses pairs et réussit à obtenir son diplôme de Docteur (27 mai 1766).

Quelques temps après, lors d'une réception, il rencontre celle qui deviendra sa femme, Anna Von Basch.

Dès lors, sa vie change totalememt. Son mariage lui permet, grâce aux moyens financiers considérables de sa femme, de se consacrer au magnétisme.

Tout chez les Messmer, est magnétisé (eau, meubles, vaisselle, etc...). Très rapidement, Messmer acquiert une notoriété, même hors des frontières du pays. Il travaille partout, soigne de nombreux malades. Il s'installe un temps a Paris, ou il rencontre toutes sortes de gens, du plus pauvre au plus riche, du plus connu dans la société au plus illustre inconnu. Pour lui, il n'y a pas de différence.. Tous et toutes doivent être soignés. Mais son plus grand projet est de fabriquer un grand baquet dans lequel il place du verre pilé, de la sédurile, de la limaille et du sable.

En prenant bien soin d'avoir magnétisé tous ces objets, il dispose en cercle 20 bouteilles pleines d'eau magnétisée, reliées entre elles. Il ferme le baquet avec un couvercle percé en neuf endroits.

Baquet de Messmer- Cercle Spirite Allan Kardec

pour constituer son "baquet de Mesmer", il introduit dans ces neuf trous des cannes de fer dont l'extrémité est en angle droit et se termine par une boule. Ces cannes sont reliées entre elles par une corde. Il remplit complètement le baquet, magnétise les tiges de fer et la corde afin que tout soit imprégné de fluide, les malades n'ont plus qu'a toucher les extrémités des tiges de fer avec la partie malade de leur corps. Il obtient de nombreuses guérisons (insomnie, fièvres, convulsions tremblements, etc... ). Dès lors, la notoriété de Messmer devient considérable.

Pour Messmer, les maladies sont dues à une mauvaise distribution du fluide universel dans le corps. La guérison s'obtient par une nouvelle distribution du fluide pour rétablir l'équilibre perturbé.

Toute sa vie durant, il continue son travail, affine ses recherches, écrit des livres, émet des théories.

Peu de temps avant sa mort, en 1815, il donne même son accord à l'ouverture d'un cours de "Messmérisme" à l'université de Berlin.

Marquis de Puységur - Cercle Spirite Allan Kardec

Le Marquis de Puységur (1751-1825) est le deuxième personnage qui étudie sérieusement le magnétisme. Elève de Messmer, il découvre le phénomène de somnambulisme artificiel (sommeil magnétique). A la différence de Messmer qui cherche à provoquer une crise chez le patient, Puységur, essaie lui de la calmer. Pendant toutes ces années de recherches, il dévoile la clairvoyance des somnambules, capables pendant leur sommeil de découvrir, d'indiquer ou de donner des remèdes, des thérapies, pour eux-mêmes ou pour d'autres.

DELEUZE-Cercle Spirite Allan Kardec

Ensuite, apparaît Deleuze (1753-1835), praticien sage et éclairé, il sait réunir les principes de Messmer, aux observations du Marquis de Puységur. Il attache beaucoup plus d'importance aux procédés de ce dernier. A force de travail, il découvre l'agent magnétique comme fluide impondérable pouvant être dirigé par la volonté. Dans ses ouvrages, il cite des faits, expose un nombre important d'observations et démontre la concordance entre les expériences faites à diverses époques et en différents pays.

A sa suite, on trouve Jules Denis, baron du Potet (1796-1881), dont la théorie est reliée à celle de ses prédécesseurs. Il pratique et enseigne le magnétisme en véritable scientifique. Il comprend très vite, que c'est la médecine de l'avenir, un moyen extraordinairement puissant pour obtenir des guérisons, mis à notre disposition simplement par la nature. II écrit beaucoup et nous laisse "un journal du magnétisme" en 20 volumes, ainsi qu'une dizaine de traités et d'ouvrages.

Dans notre société ou tout et n'importe quoi est publié, ces ouvrages restent des références d'une grande valeur.

Lafontaine-Cercle Spirite Allan Kardec

A la même époque, Ch. Lafontaine, (1803-1892) diffuse le magnétisme d'une façon expérimentale. Afin de se rendre compte des effets du magnétisme sur l'organisme, il se fait magnétiser. Lafontaine est un grand vulgarisateur, sa théorie, dégagée de tout mystère, de toute superstition, ne repose que sur les lois de la physique. Tous ses ouvrages dont "l'art de magnétiser" sont de remarquables résumes d'observations.

A la fin du XIXe siècle, trois autres personnages s'intéressent de très près au magnétisme : le colonel de Rochas et les frères Durville.

Le comte Albert de Rochas d'Aiglun est né en 1837 à St Firmin. Après des études a l'école polytechnique toute sa carrière se déroule dans l'armée. Il quitte l'active en 1900 et se retrouve de nouveau a l'école polytechnique avec le grade de Lieutenant-colonel de l'armée territoriale.

En parallèle, il étudie et expérimente le phénomène des fluides avec un collaborateur, le commandant Colson. Tous deux travaillent sur le somnambulisme et l'hypnose. Ils sont influencés par les travaux sur le magnétisme animal du baron Charles de Reichenbach, un chimiste et un industriel allemand.

Malheureusement, la hiérarchie militaire ne voit pas d'un bon œil, cet intérêt pour les "sciences occultes". Très rapidement de Rochas est mis en retraite anticipée. Pourtant, sa mise a l'écart ne l'ébranle pas, il continue ses recherches et pratique une multitude d'expériences en France, au Portugal et en Italie.

Daniel Dunglas Home-Cercle Spirite Allan Kardec

Il travaille énormément avec Eusapia Paladino et Daniel Dunglas Home.

Grâce à toutes ces expérimentations, l'existence du périsprit devient une réalité.

"(...) La théorie dite du corps astral ou corps fluidique a été admise par le Sage de l'antiquité et nous y sommes ramenés, en dehors de toute tradition, par la méthode expérimentale. (...)

Ainsi, cette hypothèse permet de comprendre la plupart des phénomènes du magnétisme et du spiritisme, c'est donc à son étude que doivent se consacrer ceux qui cherchent à constituer la science parapsychologique..." (Albert de Rochas).

Il meurt en l914 a Grenoble en nous laissant de nombreux ouvrages sur l'hypnose, la médiumnité et le magnétisme. ( Le fluide des magnétiseurs l89l ).

Les frères Durville (Henri Durville, Hector Durville) Nous retiendrons de ces personnages le travail essentiel accompli dans le domaine du magnétisme et qui aboutit en 1893 par la fondation a Paris d'une école de magnétisme (créée par Hector Durville qu'il dirige jusqu'en 19l4 puis à la suite par Henri son frère).

Cette institution se donne pour but d'enseigner le magnétisme en suivant multiples applications, expérimentales, éducatives, thérapeutiques.

Malheureusement, cette école d'une très grande portée, disparaît après les événements de la première guerre mondiale de 1914-1918.

Comme vous venez de vous en rendre compte, le magnétisme n'est pas le résultat de n'importe quel hasard. Mais il fait l'objet de nombreuses expérimentations grâce à des personnages tout à fait intègres et "dignes de confiance". Leurs travaux ont permis de mettre en évidence une énergie humaine curative, capable lorsqu'elle est correctement employée, c'est-à-dire pensée et formulée par le magnétiseur, de mettre en mouvement tout un processus fluidique énergétique pouvant par exemple stimuler certains organes déficients ou malades, et leur redonner vigueur et stabilité.

Tout ceci, au risque de nous répéter, fût soigneusement étudié et soumis à expérimentation. Des lois inhérentes a ces "phénomènes" furent constatées et établies. Alors pourquoi systématiquement les rejeter et ne pas en tenir compte ?

Des questions essentielles, comme celle de l'origine de la force magnétique, de sa préexistence chez un être plutôt que chez un autre, de son ontologie en somme, sont restées, selon nous, sans réelle réponse.

L'enseignement des esprits au travers de la communication spirite a su en ce domaine élargir et enrichir les connaissances apportées par les précurseurs du magnétisme.

| Haut de page |

 

Magnétisme et périsprit

 
Corps-Périsprit-Esprit

Il existe une trinité dans la matière humaine : le corps, le périsprit et l'esprit.La médecine officielle soigne le corps sans prendre en considération la vraie nature de l'homme, à savoir l'esprit.La médecine spirite guérit, car elle atteint le véhicule essentiel de l'esprit : Le périsprit. Les chairs vibrent selon le rythme de la pensée ; il s'agit donc d'atteindre cette vibration. Toute modification vibratoire du périsprit entraîne une répercution sur le corps physique. Les maladies n'existent donc que par le manque d'harmonie entre les trois composantes de chaque individu.

Maintenant que nous avons survolé l'histoire du magnétisme, maintenant que nous avons rappelé quelques uns des grands noms qui en furent les pionniers, arrêtons nous pour tenter de définir plus précisément ce qu'est le magnétisme.

En parlant de magnétisme nous évoquons avant tout une énergie ; une énergie qui sans cesse se renouvelle et appartient par nature à certains individus. Autrement dit, cette circonstance, cette faculté, cette énergie n'appartient pas à tous les hommes. Ce qui signifie qu'il ne suffit pas d'apprendre à magnétiser pour être effectivement magnétiseur.

Cette énergie est à rattacher directement à la structure et à la composition du double périsprital du magnétiseur. Pour bien comprendre ceci, il faut absolument retenir ce message post-mortem de l'esprit de Puységur, reçu en avril 1983 lors d'une séance spirite effectuée au sein de notre association :

" Le double qui forme la matière périspritale existe en permanence dans l'infini de l'univers. Il préexiste donc une substance double à la matière. Lorsque l'esprit, pulsé par le créateur, arrive dans l'univers, il emprunte cette substance afin de former son double : double équilibrant dans la nécessité de ses incarnations successives à venir.

Ce plasma invisible, cette matière invisible et pourtant existante , ce substratum de la matière forme en effet ce qui deviendra le vecteur de l'esprit, son véhicule au sein des chairs ; composé de milliards de cellules dans sa structure, il s'incarne dans les corps, il s'écarte dans la matière et lui donne par la suite sa forme apparente et tangible.

Celui qui sur ce globe magnétise, possède une double quantité de cellules quant à sa substance périspritale. Au fur et à mesure de son incarnation, au fur et à mesure de son évolution charnelle et invisible, l'esprit a rechargé son double plus que d'autres. Cette densité supérieure de la matière périspritale qui s'intègre cependant à un corps dans le processus de l'incarnation, doit à l'intérieur de cette même incarnation, s'extérioriser. Le magnétiseur reproduit et expulse par conséquent un supplément de vitalité. L'origine de la force magnétique découle d'une densité double de la matière périspritale : pour qui possède un tel périsprit, l'axe de la force magnétique, comme tout mécanisme de nature, comme tout mécanisme universel pensé par l'esprit et puisé dans le plasma invisible, est un axe formé d'interconnexion à caractère compensatoire (principe des vases communicants) : ce qui est en plus dans ton corps sera redonné à ce qui est en moins de ton prochain. Telle est à la fois l'ontologie, la réalité et la destinée de la force magnétique ".

Ainsi donc, ce message nous éclaire sur les causes premières expliquant la nature du magnétisme : c'est au moment où l'esprit tire de l'univers cette substance qui lui permettra de constituer son périsprit (autrement dit le fluide universel) et c'est parce que cette substance est en quantité double que ce même esprit, par la suite, pourra restituer l'énergie supplémentaire ainsi accumulée auprès de celles et ceux qui en auront le besoin. Notons d'ailleurs que cette double charge périspritale entraîne chez le sujet magnétiseur, une modification au niveau du poids de son enveloppe éthérique. D'ordinaire de dix grammes, celle-ci passe à vingt chez pour ces derniers.

Cependant, et même si l'on comprend bien le principe des vases communicants, nous pourrions nous demander pourquoi tel esprit plus qu'un autre se retrouve ainsi propulsé magnétiseur potentiel... C'est oublier que le périsprit, qui est la source même du magnétisme, comme nous venons de le voir, n'a qu'une existence brève au vue de notre éternité ; en effet, cette enveloppe semi-matérielle, est appelée à disparaître progressivement au rythme de notre évolution. Le jour donc où l'esprit retrouve pleinement son Père (on peut parler de pur Esprit), ce dernier habit de matière, aussi ténu soit- il, est définitivement abandonné. Et avec lui, la possibilité de magnétiser. Il reste pourtant devant ce nouvel esprit pur l'éternité... et l'on peut subodorer qu'alors, la pensée, parfaitement maîtrisée dans sa force amoureuse le remplace avantageusement. L'esprit continue donc de donner, de travailler, mais avec des outils de " son niveau ".

Il n'y a donc pas d'élu à trouver chez les magnétiseurs , et encore moins un signe d'une quelconque évolution qui serait dite supérieure, ambiguïté que seuls ont intérêt à laisser planer les marchands du temple ; il n'y a chez les magnétiseurs que des femmes et des hommes avec toutes leurs faiblesses mais qui ont cependant quelques fois pris conscience d'une faculté et qui s'en servent, comme se sert de sa faculté le musicien, ou le peintre. Et si l'énergie magnétique est la même quelque soit l'individu qui la possède, son intensité ne varie qu'en fonction du plus ou moins bon état physique et psychique de ce dernier. ... Voilà tout.

Notre ignorance en matière de magnétisme reste encore immense ; car malgré le travail des pionniers dans ce domaine, malgré les nombreuses questions que nous continuons de poser aux esprits qui se manifestent à nous, notre connaissance reste comparable à un potager jouxtant des terres immenses à défricher. Mais c'est là le lot de toutes les sciences humaines.

Cependant, nous nous attachons à poursuivre les recherches pour continuer de découvrir les lois naturelles qui régissent le magnétisme afin de lui donner les bases scientifiques qu'il réclame ; d'une part pour le mieux être de ceux qui souffrent et d'autre part, pour le démystifier ; car le démystifier, c'est aussi rendre impossible l'abus qu'en font les marchands d'espoir qui avancent tout et n'importe quoi en ce domaine dans le seul soucis de domination ou d'enrichissement.

Pour conclure que dire, ou plutôt qu'espérer si ce n'est qu'un jour, la médecine officielle, faisant fi de son orgueil, de ses diplômes et de son argent, sache admettre et pour le seul soucis de l'enfant qui souffre, qu'elle ne peut plus ignorer cette énergie revitalisante aussi vieille que l'humanité ; qu'elle se doit de l'admettre et de l'assimiler, car même si le magnétisme n'est pas la baguette magique en face de tous les maux, il reste capable de réussir là ou encore la médecine de l'homme échoue aujourd'hui. Nous ne pouvons donc qu'espérer que bientôt, une collaboration naîtra entre la médecine de l'Au-delà et la médecine de la Terre...

| Haut de page |

 

Phytothérapie

 

Phytothérapie

La guérison par les plantes...

Des mélanges de plantes sont indiqués par l'Esprit.Ils sont à utiliser sous forme d'infusions, de décoctions ou de bains. Les plantes émettent des vibrations, des ondes. Notre corps, lui aussi, est en mouvement constant et chaque cellule vit dans un mouvement défini, à une vitesse précise.

C'est par l'adéquation de ces vibrations que le traitement s'opère. Les mélanges indiqués par l'Esprit sont donc totalement adaptés au dysfonctionnement des cellules du corps ainsi qu'à celles du Périsprit. Au même titre que le Magnétisme, le principe additif de l'infusion ou de la décoction atteindra rapidement la cellule périspritale. Une solution de plantes adéquates va donc régénérer le Périsprit.

La médecine par les plantes est vieille comme le monde, c'est un moyen qui mérite d'être redécouvert pour soigner certaines affections de santé, en complément voire même en remplacement des médicaments classiques. Au-delà des vertus connues de certaines plantes, des esprits ont révélé des thérapies végétales au travers travers de solutions adaptées aux troubles divers. Il s'agit de mélanges de plantes aui résultent de recherches particulières effectuées par des esprits médecins. Leurs recherches concernent la nature du périsprit, car ces solutions végétales doivent s'accorder aux nécessités du double fluidique, dans la mesure où leurs propriétés agissent directement sur le périsprit. La plante est utilisée pour les qualités de sa vibration qui doit correspondre à des conditions vibratoires d'ordre périsprital. L'élément végétal possède aussi une structure double, éthérique, qui peut trouver une correspondance ondulatoire avec le périsprit afin de le rééquilibrer. La maladie n'a pas seulement une apparence organique mais une correspondance au niveau du périsprit, sachant que bien souvent c'est l'esprit dans son état altéré qui provoque les troubles de santé. Le but de la phytothérapie est donc d'atteindre les cellules périspritales, qui une fois régénérées transmettrons l'équilibre au corps physique.

Paracelse-Cercle Spirite Allan Kardec

Cette théorie n'est pas sans rappeler celle de Paracelse (1493-1541) qui évoquait l'evestrum qui était pour lui l'arcane de l'être humain. En traduction spirite, le périsprit est le canevas du corps physique. L'evestrum est aussi ce que les frères Kirlian ont appelé le plasma, et ce corps bio-plasmatique n'est autre que le périsprit. Pout Paracelse, suivant la loi de similitude, l'evestrum (périsprit) est réceptif à la vibration du minéral ou du végétal, dont il capte les energies bien mieux que le corps physique. Ainsi soignait cet alchimiste et médecin de la Renaissance avec un étonnant succès, après avoir étudié dans toute l'Europe les théories et pratiques de ces thérapies déjà un peu oubliées des médecins de l'époque.

Ainsi la phytothérapie spirite retrouve les vertus d'une science ancienne, mais avec cet avantage supplémentaire qu'elle résulte de recherches dans l'au-delà. La connaissance humaine en ce domaine fut empirique, dans un travail par tâtonnement, déduction et intuition. Par contre des esprits éclairés depuis leur au-delà ont une perception beaucoup plus juste et affinée des réalités vibratoires du monde physique. Ils peuvent donc découvrir et donner des indications plus précises et plus complètes, au travers desquelles cependant, des herboristes avertis ont trouvé certaines similitudes avec des recettes déjà connues. Mais ce qui les surprend, c'est le mélange en lui même qui comporte 4,5 plantes ou plus, et dont la juxtaposition n'est pas évidente à première vue.

| Haut de page |

 

 

La cellule de soins par magnétisme et phytothérapie

Cette cellule est ouverte à toutes celles et à tous ceux qui souffrent. Les soins y sont gratuits. Elle condense les informations reçues de l'au-delà depuis 25 ans, tant en magnétisme qu'en phytothérapie.

Il s'agit donc ici de proposer un magnétisme non pas empirique, mais étudié et défini par les esprits eux-mêmes, en fonction de la particularité de chaque cas rencontré.

" Sans méthode, il n'est pas d'efficacité envisageable. Je ne crois pas et je n'ai jamais cru au magnétisme hasardeux, au magnétisme empirique (...) Je crois à un magnétisme instruit, je crois à un magnétisme suivi, je crois à un magnétisme de méthode et d'adaptation suivant les cas. " (extrait de message de l'esprit de Puységur, écriture automatique).

Cette cellule de soins n'existe pas pour soustraire le patient à la médecine officielle. Elle n'existe que pour soulager ceux qui ont le désir conscient de recevoir une thérapie différente, tenant lieu et compte de leur état spirituel.

Si aujourd'hui le corps physique est de mieux en mieux soigné grâce à une médecine humaine de qualité, en revanche, l'esprit et le périsprit continuent d'être ignorés.

C'est donc bien dans le sens de la complémentarité que veut s'inscrire notre démarche pour ne pas négliger l'essentiel de l'homme, à savoir sa nature spirituelle. Cette nature spirituelle, dans sa palingenèse, est à l'origine d'un grand nombre de maux. Il ne s'agit alors plus de soigner en s'occupant des effets mais de guérir en s'attachant aux causes.

Toutefois, le magnétisme ne doit pas être perçu comme une baguette magique. S'il peut beaucoup, il a aussi ses limites. La première d'entre elles, c'est que l'on ne peut guérir celui qui ne veut pas l'être. Le patient doit aussi être l'artisan de sa guérison. Avoir conscience de l'origine de la maladie, avoir conscience de l'origine des soins, voilà qui nous semble indispensable, car c'est là réunir toutes les conditions préalables au succès.

" L'homme n'est pas une simple mécanique, il pense et il aime. Il a donc pour devoir d'utiliser cette réflexion et ce sentiment envers lui-même comme envers son prochain. C'est ce que le spiritisme nous enseigne et c'est ce que les Esprits qui viennent jusqu'à vous répètent sans relâche (…) Une réelle guérison est une guérison comprise. Vous qui êtes venus jusqu'à nous, n'ignorez pas qui nous sommes : des spirites qui croient à la survie de l'âme et à la manifestation des personnes défuntes ; et que c'est bien grâce à certaines d'entre elles que nous pouvons vous aider. " (extrait de message de l'esprit d'Allan Kardec, écriture automatique).

 

CONDITIONS AVANT TOUTE PRISE EN CHARGE

Avant toute prise en charge par un magnétiseur de notre association, un entretien a lieu. Durant cet entretien, nous tentons de cerner précisément ce qui vous amène jusqu'à nous.

Ne souhaitant en aucune façon jouer les apprentis sorciers, nous n'hésiterons pas à dire nos limites en face de certains cas ou à demander une photocopie du dossier médical existant si la complexité du même cas l'exige.

A l'issu de cette rencontre, un planning est établi afin que chaque semaine, sur une période prédéterminée, les soins puissent être dispensés.

Au terme de l'éventuel traitement suivi, nous établirons ensemble le bilan de ce qu'il vous a apporté. Il peut être alors décidé soit de le poursuivre, soit d'y mettre un terme définitif.

Quoi qu'il en soit, au terme du dit traitement, nous vous demanderons de bien vouloir établir un témoignage -non pas de complaisance- mais faisant le point de manière comparative sur votre état de santé avant , puis après votre prise en charge.

Nous rappelons que les soins sont gratuits. Votre témoignage, voilà la seule chose que nous demandons, à toute fin, s'il est retenu, de le publier - anonymement bien sur - au sein de notre revue, " le journal spirite " ; car un témoignage, c'est aussi une façon d'interpeller d'autres femmes et d'autres hommes qui souffrent, afin qu'ils puissent à leur tour bénéficier du travail commun des esprits et des spirites.

Ceci étant dit, nous espérons bien vous rencontrer ailleurs que dans le cadre de notre cellule de soins, cela va sans dire…

BONNE SANTÉ A TOUTES ET A TOUS

Nous contacter

Rueil 92 : Tél : 01 78 99 06 01

Paris 75 : Tél : 01 43 15 99 39 - <spiritisme@free.fr >

 

 

 

 
| Haut de page |


Copyright © Cercle Allan Kardec . Tous droits réservés.